Conseils pratiques pour la saison automnale

Date 28 septembre 2020

L’automne qui annonce la décrue du Yang concomitante à la montée du Yin vers l’hiver est lié à l’élément Métal. Les deux organes qui composent cet élément sont d’un coté le Poumon et de l’autre le Gros Intestin. Entretenir sa santé durant cette saison consiste donc en premier lieu à stimuler ces deux organes et méridiens associés.

 

Stimulez le Poumon !

De manière générale, tout ce qui va stimuler le Poumon est bénéfique en cette saison et va avoir une action positive sur les déséquilibres cités précédemment. Respirez un grand coup et vous verrez déjà le monde autrement !!!

 

Plus concrètement, la pratique de la piscine ou du jogging (courrez raisonnablement sans jamais être essoufflé…) sera particulièrement détendant et favorisera la prise de recul. Vous pouvez également redécouvrir votre région au travers de promenades en pleine nature (mieux qu’en ville). Il va de soi que l’arrêt du tabac (ou sa réduction) va dans le bon sens.

 

De même, le massage et la mobilisation de toute la partie scapulaire (la zone du poumon et des côtes) amèneront également un bienfait incontestable sur les fonctions énergétiques du Poumon et du Gros Intestin (capacité respiratoire et système immunitaire notamment). Nous vous conseillons pour cela de faire régulièrement, entre autres, le Do-in du haut du dos.

 

Se nourrir de l’énergie de la saison passe également par une diététique spécifique. En plus de se nourrir des aliments de saison, nous pouvons privilégier les aliments dont la saveur et la couleur correspondent à l’élément de la saison. Concernant l’automne, nous privilégierions donc les aliments piquants et blanc. Pour en savoir plus, reportez-vous à l’article : La diététique de l’automne.

 

 

Aidez le Rein à se recharger pour l’hiver

En hiver, saison du repos, le corps recharge les batteries pour l’année qui vient. Cette énergie se « stocke » dans la région des reins. Il convient donc de stimuler le Rein et de bien le nourrir à la saison précédent l’hiver, en l’occurrence l’automne, pour être sûr de bien recharger ses batteries annuelles. Là aussi, les étirements des méridiens du Rein et de la Vessie ainsi qu’une alimentation spécifique permettent d’y arriver naturellement.

 

 

– Étirements des méridiens –

 

Les étirements des méridiens correspondants aux organes de la saison automnale et suivante (hiver) seront particulièrement bénéfiques en permettant à l’énergie de circuler à l’intérieur de ces méridiens et de nourrir ainsi l’organe qui y est associé.

 

 

Étirements des méridiens du Poumon et du Gros Intestin

 

Position :

Debout, les jambes écartées à la larguer des épaules. Croisez vos pouces derrière votre dos.

Mouvement :

Flexion avant avec bascule des deux bras par dessus la tête. Si les muscles situés à l’arrière de vos jambes sont raides et vous limitent dans la flexion avant, n’hésitez pas à plier les genoux pour que votre bassin puisse mieux tourner autour de vos hanches et votre tête se rapprocher du sol, ou en prendre la direction. Chacun doit respecter l’étape d’étirement où il se trouve. Laissez bien tomber la tête. A l’inspiration, le ventre de gonfle en détente ; à l’expiration, rentrez le ventre. Le dos s’étire en détente et les bras passent peut-être un peu mieux par-dessus les épaules. Attention : ne forcez jamais et laissez toujours la posture évoluer à son rythme. Un des meilleures critères dans une posture est la notion de patience : pouvez-vous attendre sans impatience la fin des six respirations? Vous sentez-vous bien?

 

Étirements des méridiens du Rein et de la Vessie

 

Position :

Assis, les jambes tendues et les pieds joints, placer les mains près des fesses et se soulever, bras tendus, redescendre en se plaçant bien en appui sur les ischions (os des fesses).

 

Mouvement :

Suivez le principe d’étirement du souffle à l’expiration pour amener progressivement le ventre vers l’avant des cuisses. Tenez la position à l’inspire pour progresser lors de l’expire.

 

Autre position :

Assis, pliez un genou vers l’arrière et l’autre jambe tendue sur laquelle vous travaillerez. A l’expire, descendez vers le pied de votre jambe allongée, toujours avec l’idée d’amener progressivement la poitrine sur la cuisse de cette même jambe. Maintenez l’étirement à l’inspire pour descendre un peu plus à chaque expire. Vous pouvez rester dans cette position de manière plus prolongée de façon à sentir la progression de l’étirement. Changez de jambe une fois ce premier étirement réalisé.

 

 

 

Exercices respiratoires et méditatifs

 

L’intérêt principal des exercices respiratoires ou méditatifs est de faire descendre l’énergie dans le ventre, ce que les japonais appellent le hara. L’énergie du rein qui se situe dans cette même région s’accroît ainsi dans un même temps. Il permet de se centrer ou autrement dit de s’ancrer dans la terre. La métaphore de l’arbre est ici éclairante.

 

La métaphore de l’arbre :

L’être humain est comme un arbre : pour qu’il s’élève, il faut que ses racines grandissent d’autant dans le sol. A défaut de cette profondeur de racines, il risque de tomber en cas de tempête (des émotions fortes, un choc affectif, une activité intellectuelle harassante) et plus généralement en cas de trop grande densité énergétique dans ses branchages (le haut du corps). L’être humain, s’il n’est pas bien ancré dans le sol, risque d’être emporté par ces mouvements. Ce n’est pas tant l’intensité de la tempête qui est importante (sur laquelle parfois on ne peut pas grand chose) que la capacité de l’arbre à y résister par la profondeur de ces propres racines. Cela signifie également que l’on ne calme pas un mental agité par le mental lui-même (en se répétant par exemple : « je me calme, je me calme… » ou bien « je vais m’endormir, je vais m’endormir…. »), mais en revenant à son corps et plus particulièrement à ce qui le rattache à la terre : sentir son bas ventre, ses pieds ancrés dans le sol, etc. C’est ce que cultive et développe l’exercice qui suit.

 

Exercice pour retrouver son ancrage dans la terre :

  • Assis sur une chaise, les pieds bien posé par terre, le dos droit, les mains en dessous du nombril, les pouces formant un cercle autour de ce dernier.
  • Respirez selon ce principe : à l’inspire, gonflez le ventre en poussant vos mains vers l’avant. A l’expire, rentrez sans forcer votre ventre, en cherchant plutôt la sensation d’abandon et de lâcher-prise. En quelque sorte, laissez bien mourir votre expiration. Attendez alors deux secondes dans cet état de dissolution avant de reprendre une nouvelle inspiration.
  • Concentrez-vous petit à petit sur la sensation de chaleur qui se développe sous vos mains.
  • Savourer le plaisir de sentir cette chaleur qui s’accroît petit à petit
  • Associez-y maintenant l’un après l’autre les sentiments de sécurité, de confort et de douceur (pour vous aider, vous pouvez penser à des moments ou des lieux où vous avez ressenti ces émotions).
  • Imaginez que chaque nouveau cycle de respiration condense un peu plus ces sentiments au sein de votre ventre
  • Continuer ainsi jusqu’à former petit à petit une espèce de cocoon intérieur qui, à partir de votre ventre, inonde tout votre corps entier.
  • Rassasiez-vous alors complètement de ces émotions positives, un peu comme si votre être s’y baignait totalement.
  • Une fois rempli de ces émotions et du plaisir qu’elles vous procurent, cherchez à vous souvenir de ce moment pour pouvoir vous en rappeler et vous y reconnecter en cas de besoin (situations difficiles, émotions fortes, éparpillements, fatigue….)

 

 

Pour un autre point de vue sur cette saison, voici deux articles de la version web de la revue Psychologies auxquels nous avons participé :/em>

 

Conserver les bienfaits de l’automne

Cultiver les plaisirs de l’automne

 

Bonne saison automnale à vous !!

 

La diététique de l’automne

Date 28 septembre 2020

En diététique chinoise, les aliments sont classés selon leur nature (froid, frais, neutre, tiède, chaud) et leur saveur (amer, salé, acide, doux, piquant); ce qui permet de connaître les effets bénéfiques sur tels ou tels organes (leur tropisme dit-on). Par exemple, manger par exemple des crevettes (qui sont salées, saveur de l’élément Eau auquel appartient le Rein) régulièrement permet de nourrir convenablement l’énergie du Rein. De même, de par sa nature piquante,la saveur associée à l’élément Métal,le poireau possède une action favorable sur le Poumon, etc.

 

La couleur intervient aussi dans le choix des aliments. Le blanc étant la couleur associée à ce même élément Métal, la consommation des aliments blancs est-elle à rechercher durant cette saison. On comprendra pourquoi le poireau de couleur blanche (les pieds plus que les feuilles…) et de saveur piquante retient là encore toute notre attention. Mais il n’est pas le seul… 

 

En plus des aliments de saison (châtaignes, courges de toutes sortes…), voici quelques aliments que vous pouvez consommer plus spécifiquement et avec bénéfice durant cette période automnale : outre le poireau déjà mentionné, manger du millet, de la cannelle, du gingembre, de l’ail, de l’oignon, du céleri, du chou rave, du radis notamment noir, du piment, ou encore du navet etc.

 

 

 

Comme nous avons vu, l’Automne doit être aussi perçu comme une saison qui prépare l’Hiver avec l’énergie du Rien (réserve d’énergie) en phase ascendante qui réclame donc en quelque sorte des nutriments pour nourrir sa montée énergétique. Ainsi, nous pouvons également consommer avec profit les aliments qui stimulent le Rein : les crevettes, les moules, (et de manière générale tous les crustacés…), le foie de poulet, les noix et amandes (quelques unes au petit déjeuner)

 

Dès maintenant et tout l’hiver  également :

  • Des légumineuses de toute sorte : pois, pois cassés, lentilles, haricots secs, pois chiche, les fèves, le haricot azuki, etc.
  • Des céréales : le blé, le riz, le millet, la quinoa (qui contient l’ensemble des 8 acides aminés, le Sarrasin (en farine dans des galettes et/ou en grains)
  • Des fruits secs : des noix, des amandes

 

 

Une recette pour l’automne et/ou en cas de faiblesse du Rein : Le sauté de crevettes à l’ail et au gingembre

 

Décortiquez les crevettes et les faire macérer dans de l’alcool de riz (à défaut dans tout autre alcool fort) pendant 10 mn. Émincer le poireau, hacher l’ail finement et effiler le gingembre. Faire revenir le mélange dans de l’huile de colza. En fin de cuisson, ajouter les crevettes, poivrez, salez.

 

Consommer deux à trois fois par semaine pendant un mois accompagné de riz.

 

La crevette renforce le yang, tonifie le Rein, élimine les glaires. Le poireau fortifie le yang, tonifie le Rein et fait circuler l’énergie. L’ail stimule l’énergie, favorise la circulation du sang.

 
 

 

Bienvenue sur mon blog !

Date 22 juin 2020

devise-du-matre200x300.jpg

Ce blog est consacré au shiatsu et aux pratiques énergétiques.

petitkigris1.gif

Il s’adresse aux personnes intéressé-e-s par le shiatsu et plus généralement par les soins énergétiques chinois.

petitkigris1.gif

Il s’adresse également aux patient-e-s rencontré-e-s en séance ou lors des ateliers de DO-in (automassage) afin de compléter ou de re-préciser les conseils (de vie, alimentaires, de comportements) et autres étirements donnés en fin de séance.

petitkigris1.gif

C’est un lieu de ressources et d’échanges pour tout ceux et celles qui désirent gérer de manière douce et efficace le stress quotidien. Dans la mesure du possible, il proposera un téléchargement libre de fiches pratiques concernant des exercices de Do-in, d’étirements et de relaxation, des conseils alimentaires, des pistes de recherches issus de mon travail en cabinet ou encore des réflexions plus générales sur l’énergétique chinoise et sur la manière de l’intégrer dans sa vie.

petitkigris1.gif

La philosophie de ce blog est de promouvoir la réappropriation de sa propre santé et de son corps en donnant des outils simples, efficaces et doux, basés sur les principes et techniques issus du shiatsu et de la médecine chinoise traditionnelle.

 

Bonne navigation et n’hésitez pas à me laisser un message.

  

Vous voulez prendre RDV pour une séance de Shiatsu?

Rien de plus simple, appelez-moi au 06 76 90 94 65 ou par contactez-moi par mail !

 

Laurent Berthelot.

L’été selon l’énergétique chinoise : l’acmé du Yang

Date 20 juin 2020

L’été une saison de repos ?

 

Pour la plupart d’entre nous, l’été est une saison d’abord associée au repos et au vacances, un temps de détente où la vie s’arrête ou tout du moins se ralentit. Cette vision de l’été s’accorde pourtant peu aux lois de l’énergétique chinoise. En effet, dans la tradition orientale, l’été est la saison la plus yang de l’année, que l’on nomme parfois le yang du yang. Or, le yang se caractérise par le mouvement, l’activité ou encore la tension, bref, pas tellement avec ce que l’on entrevoit quand on pense « vacances », les pieds en éventail face à la mer…

 

Pour y voir plus clair, observons-nous de quelle manière nous nous « reposons » durant cette saison : si l’on regarde de plus près, nos vacances sont en réalité surtout faites de voyages, de marches, de nages et d’activités touristiques, de découvertes de pays ou de régions plus ou moins éloignées. Elles se composent principalement d’activités et d’énergies de mouvements et de rencontres vers l’extérieur. Ainsi, l’été n’est donc pas véritablement consacré au repos – qui a plutôt trait à l’hiver et à ses envies de cocoon devant une cheminée par exemple – mais à toutes ces activités qui nous mettent en mouvement, qui nous pousse vers l’autre ou vers l’inconnu, en tout cas vers ce qui est extérieur à nous (d’un point de vue culturel, humain, géographique etc.), mouvement centrifuge caractéristique du yang.

 

coucher-de-soleil.jpg

 

Et c’est bien cette énergie yang qui nous animent durant cette saison et qui nous entraîne au rire, à festoyer, à danser, à communiquer avec les autres, que ce soit avec ses amis, sa famille ou lors des innombrables festivals culturels et musicaux qui ponctuent cette saison. Paradoxalement, c’est parce que la vie sociale se ralentit, s’estompe que nous avons la liberté de vivre et exprimer cette vitalité débordante dont il serait dommage de se priver.  

Read the rest of this entry »

Conseils diététiques et exercices pour la saison estivale

Date 20 juin 2020

La diététique de l’été

 

Les légumes et fruits de saison
L’été est assurément la saison où il est le plus facile de multiplier sa consommation de fruits et légumes de saisons. C’est en effet à cette période que l’on peut consommer le plus de fruits possible puisque la plupart arrive à maturité à ce moment-là. En effet, si l’on respecte la saisonnalité et une consommation locale, on s’aperçoit que la période des fruits est finalement assez courte. Le reste de l’année, hormis les pommes qui se conservent assez longtemps, les fruits sont ainsi en réalité assez rares. Cela n’est pas en soit un problème, les différents légumes arrivant à maturité tout au long de l’année nous fournissent les vitamines et minéraux nécessaires à notre santé.

 

Quoiqu’il en soit, en été, les étals des marchés et autres jardins familiaux se remplissent de mille variétés aux couleurs toutes aussi vives les unes que les autres. Remplissez-vous de la vitalité qu’ils regorgent et cela d’autant plus que l’on a généralement plus de temps en cette période pour parcourir les marchés ou pour les récolter dans les jardins.

 

 

…Et limitez les aliments chauds
Dans une même logique, il est plutôt conseiller de limiter une alimentation « chaude » qui se rajoute à la chaleur environnante. Les barbecues et autres grillades, pourtant largement répandus, par ce mode de cuisson, renforcent la dimension chaude des aliments grillés. Ils sont donc à limiter… surtout avec de la viande « rouge » déjà de nature « chaude » (contrairement à la viande blanche de nature plus fraîche…). De même, l’alcool, les piments, les fritures, le tabac et bien sûr le café sont à consommer avec modération.

  
Read the rest of this entry »

Le Cœur et l’Intestin Grêle, les deux organes de l’élément Feu

Date 20 juin 2020

Le Cœur est souvent qualifié d’Empereur dans les texte chinois du fait de son importance dans le fonctionnement général de l’être humain. Ceci dit, ses fonctions apparaissent partout quelque peu floues aux regards d’autres grands organes de l’énergétique chinoise (comme le Foie, le Rein ou la Rate). Son importance tient au fait qu’il effectue un rôle de centralisateur d’autres fonctions des organes du corps tant au niveau physique que psychique. Quoiqu’il en soit, le Cœur assume deux grandes fonctions : celle d’abriter le « Shen » et celle de gouverner le sang.

 

Représentation du Cœur extraite du Zhan Jiu Da Cheng de Yang Ji Zhou.

 

Abriter le « Shen »

« Le Coeur est la résidence du Shen », nous dit la tradition chinoise. Le « Shen » peut se traduire par différentes notions comme celle d’esprit ou de conscience, même si aucun terme ne semble convenir parfaitement. Le Cœur abrite donc notre esprit. La tranquillité de ce dernier dépend de la qualité de cet accueil. Un esprit apaisée, tranquille, serein, une intelligence ainsi qu’une pensée claire et puissante proviennent de la qualité de cet accueil. Dans le cas contraire, le Shen ne s’y sent pas bien et va donc avoir tendance à s’échapper de cette demeure mal accueillante et à se disperser. Cela provoque alors des états d’anxiété, d’agitation et de confusion mentales, de palpitations ou encore de dépression. La nuit, cela peut se traduire par un sommeil léger et des insomnies, le Shen, ne trouvant là aussi pas un accueil suffisant au niveau du Cœur. Plus généralement, dans la tradition chinoise, la plupart des désordres psychiques prennent d’ailleurs leur source dans ce contexte d’un Shen mal accueilli au niveau du Cœur.

Read the rest of this entry »

La décharge émotionnelle, un outil pour mieux gérer le stress et ses émotions

Date 6 avril 2020

Voici donc un nouvel article concernant la notion de décharge émotionnelle, un outil extrêmement utile pour apprendre à gérer aux mieux ses émotions.

 

Dépasser l’alternative  « réaction / rétention » émotionnelle dans la gestion de nos émotions.

La décharge émotionnelle est un processus naturel qui permet de réguler en évacuant les tensions internes survenues suite à des situations émotionnelles compliquées. Lorsque nous vivons une situation de stress provoquée par un évènement extérieur, notre organisme va se mobiliser instinctivement d’une part en produisant un surplus d’énergie pour nous préparer à répondre à cette situation sur un mode « action/réaction » (énergie musculaire) et, d’autre part, en nous informant (sous forme d’émotions) sur ce qui, chez nous, est mis en difficulté par cette situation de stress.

 

Dans la plupart des situations difficiles que nous connaissons, nous avons appris à ne plus réagir instinctivement dans cette logique d’action/réaction. La vie en société rend celle-ci de moins en moins légitime et on peut penser que cela constitue une avancée. En effet, au regard de la complexité des situations que nous devons gérer, cette logique « action/réaction » a perdu  de fait en grande partie sa pertinence. Celle que nous privilégions désormais le plus souvent consiste à élaborer des réponses plus « réfléchies » ou plus « stratégiques », mettant notre mental au centre du jeu.

 

La difficulté qui émerge de cette orientation plus mentale, est qu’elle nécessite, pour permettre au mental de gouverner, de retenir cette énergie produite par la situation de stress à l’intérieur du corps, sous sa forme musculaire et émotionnelle. C’est ce qui explique le phénomène de tensions musculaires et émotionnelles faisant suite aux situations de stress : « On prend sur soi comme on dit…. », « on fait un effort pour na pas réagir …. ». Le problème est que cette tension musculaire (mais surtout émotionnelle) si elle n’est pas pris en charge va rapidement nous encombrer. Pire, elle va avoir des effets secondaires importants qui vont venir perturber ou inhiber l’élaboration de nos réponses « mentales » ou stratégiques.

 

rumination.jpg.jpeg.

 

Une émotion, ou quand le corps nous informe qu’une besoin de base est malmené

Pour mieux répondre aux situation de stress, nous pensons qu’il faut sortir de ces deux manières de procéder (réaction/rétention) en étant partisan d’accorder du temps et de l’attention aux émotions qui surviennent dans ces situations difficiles. Et ceci pour deux raisons simples : d’une part, pour limiter le niveau de tension interne produit par cette rétention énergétique, et d’autre part, parce ce qu’elles ont des choses à nous dire. En étant dans une pure logique réactive (action/réaction), ou en la réprimant, nous risquons en effet, de ne pas bien entendre ce qu’elle a a nous dire… Oui, car les émotions, ne sont pas là pour nous embêter, nous faire perdre la face ou nous rappeler que nous ne sommes pas à la hauteur. Elles ont une fonction bien précise : nous alerter qu’un (ou plusieurs) de nos besoins de base n’est plus satisfait : par exemple, si je ressens de la peur, c’est que mon besoin de sécurité est en difficulté.

 

Read the rest of this entry »

Petit exercice de Do-In du haut du dos

Date 24 mars 2020

Voici un nouvel article où vous trouverez une suite d’exercices de Do-in  (auto-massage) et se terminant par une séance de cohérence cardiaque.

 

Le Do-In du haut du dos est spécialement recommandé pour travailler les tensions de cette partie du corps (trapèze, nuque…) qui s’accumulent  au long d’une journée de de travail, notamment liées à la position sur un ordinateur. L’énergie s’y est accumulée créant ces tensions musculaires mais aussi psychique (plein d’énergie dans la tête qui rend difficile le lâcher-prise…). Ces exercices de Do-In influent donc fortement sur l’état d’esprit  en lui donnant plus de souplesse, plus de mouvements, contrairement aux tensions qui nous figent souvent dans des postures binaires, d’opposition ou de fermeture.

 

Ces exercices sont à faire quotidiennement. Le moment le plus propice est en fin de journée lorsque vous passez des activités de travail aux activités privées (détente/famille…). Ils permettent de faire un sas  entre ces deux moments et de redonner de l’énergie pour être plus détendu et disponible pour la fin de journée.

  

1 – Percussions des bouts des doigts sur tout le crâne :

 Avec les poignets qui restent souples, on tapote le crâne avec le bout des doigts pour stimuler toute cette zone pendant environ 20 secondes. Cet exercice favorise la vascularisation du cuir chevelu et la tonicité de la musculature péri­crânienne.

 

 

2 – Travail sur la nuque/le cou :

D’une main puis de l’autre, décollez la peau de la nuque comme celle d’un petit chat, de la bosse du bison (la vertèbre la plus proéminente à la base du cou) jusqu’à la base du crâne.
 

Cet exercice soulage les tensions des muscles de la nuque dans son ensemble et permet de rétablir une bonne circulation entre la tête et le reste du corps. Vous pouvez compléter cet exercice par des mouvements rotatifs sur chaque côté du cou.

 

Read the rest of this entry »

Le Cri du Cœur

Date 23 mars 2020

Le cri du Cœur est un exercice de libération ou de décharge émotionnelle. Un article plus long détaillant ce processus de décharge émotionnelle est publié ici.

 

Par peur de faire mal à ses proches, par manque d’outils de gestion émotionnelle, par réflexes éducatifs, ou encore par impossibilité sur le moment, nous bloquons l’expression de nos émotions. Fautes d’être exprimées, elles restent alors à l’intérieur et finissent par d’accumuler et se bloquer à l’intérieur de notre corps provoquant un état de tension intérieur.

 

Le cri du cœur, mode d’emploi….

Cet exercice consiste donc à évacuer l’énergie souvent bloquée au niveau du sternum et qui correspond souvent à l’énergie de la colère (du Foie) qui n’a pas été exprimée. Cela peut provoquer des blocages au niveau de l’estomac (brûlure, remontée gastrique,), des problèmes digestifs, un sentiment diffus ou général de blocage, du ressentiment, de l’agacement, une difficulté à s’affirmer, etc.

 

L’exercice est tout simple mais très efficace : il s’agit de crier dans un coussin pendant 2mn par jour et cela pendant au moins 15 jours puis après à chaque fois qu’on sent que ça monte ou bien qu’on sent que c’est coincé soit dans la gorge ou au niveau du plexus. Il s’agit de libérer l’énergie pas d’être gentil ou juste : soyez de mauvaise foi, insulter qui de droit, exagérer vos ressentis, mettez vous vraiment (enfin) en colère. Allez-y ! Vous ne ferez du mal à personne et beaucoup de bien à vous !

 

rumination.jpg.jpeg.

 

Read the rest of this entry »

Tremblez de peur !

Date 23 mars 2020

Ce article concerne une technique de libération émotionnelle pour les situations de peur et d’anxiété. Au regard de l’actualité, il est normal de ressentir ces différents états émotionnels. Mais, parfois, il nous arrive qu’ils nous submergent jusqu’à la tétanie. D’où l’importance d’avoir quelques outils concrets qui peuvent nous soutenir et nous aider à traverser ces moments difficiles. Et donc notamment, cet outil pour nous libérer les tensions de peur et d’anxiété…

 

 

Mais, que faire avec sa peur?

La peur, comme toute émotion, est une sensation corporelle : on la ressent dans son corps. A ce titre, la réponse doit s’initier à ce niveau-là comme nous le proposons pour l’ensemble des émotions : bien gérer ses émotions implique de commencer par les vivre au niveau du corps. En cas de peur, il faut donc la ressentir corporellement.

 

Oui, d’accord, mais pourquoi ?

Trembler avec sa peur a pour but de nous apaiser émotionnellement en disant à notre corps que nous avons entendu son message, que nous écoutons l’information qu’il nous délivre. Tout se passe comme si une fois que notre corps aura le sentiment d’avoir été entendu, il cessera de nous envoyer cette sensation désagréable de peur.

Cet apaisement émotionnel nous permettra de prendre conscience du besoin en difficulté et de réfléchir plus sereinement pour établir une stratégie d’action pertinente ; et ici, pour établir une stratégie pour nourrir notre besoin de base de sécurité qui est malmené et qui s’est exprimée précisément par l’irruption de cette émotion de peur. A l’inverse, si nous ne l’écoutons pas, il reviendra toquer un peu plus fort chaque fois… ou s’installera de manière quasi permanente, ce qui provoquera et définit l’état d’anxiété…

Read the rest of this entry »