Petit Do-In du haut du corps

Date 29 mai 2008

ou comment vous détendre


et retrouver de l’énergie en quelques minutes

 

1 – Percussions des bouts des doigts sur tout le crâne.

percuteteblog1.jpg

Avec les poignets qui restent souples, on tapote le crâne avec le bout des doigts pour stimuler toute cette zone pendant environ 20 secondes. Cet exercice favorise la vascularisation du cuir chevelu et la tonicité de la musculature péri-crânienne.

 

2 – Travail sur la nuque et le cou :counuque.jpg


D’une main puis de l’autre, décollez la peau de la nuque comme celle d’un petit chat, de la bosse du bison (la vertèbre la plus proéminente à la base du cou) jusqu’à la base du crâne. Cet exercice soulage les tensions des muscles de la nuque dans son ensemble et permet de rétablir une bonne circulation entre la tête et le reste du corps.

 

3 – Travail sur les épaules et les brasepaules-bras.jpg

Prenez les muscles de vos trapèzes à pleine main et serrez-les fermement pendant quelques secondes. Recommencez l’opération 4 fois. Recommencez mais cette fois-ci en finissant par ramener vos mains dans un mouvement vers l’avant.

 

4 – Percussions sur le point n°1 du poumonpercupoumon.jpg

Percussion avec les points fermés sur le haut externe des pectoraux près de creux de l’épaule.

Recommencez mais cette fois-ci en finissant par ramener vos mains dans un mouvement vers l’avant.

 

5 – Percussion des bras face interne et externe

Descendez ensuite en percutant avec vos points le long de vos bras face interne puis face externe (côté yang). Finissez par un lissage généreux du bras des deux côtés. Recommencez sur l’autre bras.

 

6 – Percussion sur le thorax

Faites des percussions avec le bout de vos doigts sur la partie du thorax au dessus de la poitrine, puis descendez sur le sternum puis sur l’ensemble de la zone en dessous et sur le côté des côtes. Ceci pendant quelques minutes.

 

7 – Percussion sur les reinspoings_su_-rein1.jpg

Penchez-vous en avant, points serrés, percussions douces sur les reins pendant quelques minutes. Stimule les reins et détends le bas du dos (ne confondez pas les reins avec les lombaires).

 

8 – Étirement des méridiens du poumon et du gros intestin

percutete4.jpg

Position : Debout, les jambes écartées à la largeur des épaules. Croisez vos pouces derrière votre dos. L’étirement se fait lors de l’expire

Mouvement : Flexion avant avec bascule des deux bras par dessus la tête. Si les muscles situés à l’arrière de vos jambes sont raides et vous limitent dans la flexion avant, n’hésitez pas à plier les genoux pour que votre bassin puisse mieux tourner autour de vos hanches et votre tête se rapprocher du sol, ou en prendre la direction. Chacun doit respecter l’étape d’étirement où il se trouve.

A l’inspiration, le ventre se gonfle en détente ; à l’expiration, rentrez le ventre. Le dos s’étire en détente et les bras passent peut-être un peu mieux par-dessus les épaules. Attention : ne forcez jamais et laissez toujours la posture évoluer à son rythme

 

9 – Exercice pour développer sa concentration et sa capacité à se centrer : « le décompte du siècle »hommeassis.jpg

a – Inspirez en gonflant le ventre puis expirez lentement en le rentrant. Laissez bien mourir l’expiration sans forcer. Laissez 2 secondes avant un nouvel inspire. Comptez chaque cycle d’inspiration et d’expiration complètes comme une respiration.

b – Continuez à respirer du ventre en comptant de 1 à 30 et en ne pensant à rien d’autre qu’à votre respiration.

c – Si vous remarquez que votre esprit vagabonde, reprenez à nouveau à partir de la dizaine. Faites cet exercice 10mn par jour.

 

Vous pouvez télécharger ici la fiche pratique du Do-in du haut du dos

Principes alimentaires de base selon la diététique chinoise

Date 18 mai 2008

 

 

 

« Que l’aliment soit ton premier médicament! »

Hyppocrate (vers -460/-370 av. J.C.)

dietetique-chinoise.jpg

Tout comme pour le fondateur de la médecine occidentale, l’alimentation est considérée, pour la médecine chinoise traditionnelle, comme le premier des remèdes. Elle est en même temps, avec la respiration, la source principale de production d’énergie. Une mauvaise alimentation induit ainsi une énergie de basse qualité, néfaste pour la santé et la vitalité. D’où l’importance de suivre les principes qui suivent…

  • Manger chaud, cuit et à heures régulières

  • Manger dans le calme, assis, de manière détendue et avec plaisir. Se reposer un moment après le repas.

  • Bien mastiquer les aliments.

  • Supprimer tout grignotage en dehors des repas (hormis un fruit dans l’après-midi).

  • Boisson chaude (thé, vin rouge) pendant les repas. Eau tiède et non froide en dehors des repas mais de manière limitée (sinon cela fatigue la vessie).

  • De manière générale, il faut organiser son repas autour des céréales (et des légumineuses) en les agrémentant des légumes de saison. Les céréales : en dehors du blé que nous consommons beaucoup (préférez le pain complet), on peut consommer du riz (préférez le riz complet bio), du millet, de la quinoa et également des légumineuses tels que les lentilles, haricots, pois cassés, pois chiche etc… Les légumes en conserves ou surgelés sont très appauvris, préférer donc les légumes frais.

  • Évitez au maximum (voire supprimer) les produits laitiers dont l’humidité et le froid affaiblissent considérablement la rate. Par cet affaiblissement de la rate, les produits laitiers, en dehors des problèmes digestifs et allergiques qu’ils occasionnent, provoquent des troubles comme des œdèmes, des glaires, de la cellulite, des problèmes articulaires, des réveil fréquents ainsi que parfois des problèmes de mémoire et de rumination de pensées. Pour ceux qui craignent une carence en calcium, on le retrouve dans beaucoup d’autres aliments moins néfastes : amandes, sésame, persil, chou vert, brocolis, poireaux…

  • Préférez le poisson à la viande (la viande rouge pas plus de deux fois par semaine).

  • Limitez les crudités surtout si vous avez des problèmes digestifs.

  • Évitez au maximum l’apport en acide gras saturés : la charcuterie, les mauvaises huiles, la margarine, le beurre cuit.

  • Consommez alternativement des huiles riches en oméga 3, 6 et 9 : huile d’olive (cuisson et salade), de tournesol, de colza ou de noix, qui ont une action bénéfique sur le système nerveux et l’intestin grêle (aide à la restauration de sa paroi).

  • Consommez les fruits en dehors des repas (sinon flatulences). En fin de repas, préférer la compote, tartes ou fruits secs.

  • Variez les saveurs, les couleurs, les formes des aliments.

  • Remplacez le sucre blanc par du sucre non raffiné (de canne par exemple qui réduit les fringales de sucre).

  • Les protéines animales se consomment le midi et doivent être supprimées le soir pour être remplacées par des protéines végétales (mais en faible quantité). En demandant beaucoup d’énergie pour être digérés, les protéines animales empêchent la venue du sommeil et fatigue beaucoup le rein qui est chargé d’éliminer les acides produits par la consommation de protéines animales. Le soir, manger tôt (avant 19h30).

  • Abandonnez toute pratique du micro-onde qui « détruit » littéralement les aliments.

  • Finissez le repas par une boisson chaude pour aider la digestion (café ou mieux un thé).

Les quantités:

Comme dit le proverbe chinois : « On doit manger comme un prince le matin, comme un marchand le midi et comme un pauvre le soir».

Exemple de composition des repas

  • Petit déjeuner : Boisson chaude (thé, café sans lait), pain complet ou sans gluten en cas d’intolérance + un peu de beurre. Compote si besoin. Les mets salés sont bienvenus. Jus de fruit acide (orange) et froid et yaourts formellement prohibés. En remplacement du pain, vous pouvez opter pour des préparations avec des graines (genre miam-Ô-fruit) ou lait de riz+flocons d’avoine +graines (Courges, tournesol, noisettes…) ou encore du Porridge en cas de présence d’humidité et/ou de fatigue.

  • Déjeuner : Crudités (cuites dans la vinaigrette) sauf en cas de désordre de la Rate. Plat central : céréales/légumineuses avec légumes de saison. Dessert : compote, fruits secs. Boisson : vin rouge, thé ou tisane.

  • Dîner : Potage, légumes, pas de produits laitiers (car protéines animales), compote/fruits secs, boisson chaude

Télécharger ici les Conseils alimentaires de base

Do-in contre le rhume

Date 11 mai 2008

Ce protocole de Do-in vous permettra de soigner un rhume en quelques jours sans avoir recours à divers médicaments. L’effet de ce protocole est de renforcer les propres forces de guérison de votre corps, notamment en revitalisant les organes et méridiens généralement atteint lors de ce genre de pathologie (poumon et gros intestin)

 

Rappel de base : on travaille à l’expire avec une force qui vient du mouvement des bras et du corps (comme si c’était les coudes qui voulaient rentrer dans le corps) et non pas de la force musculaire des doigts.

 

A – Do-in de la tête (Position assise)

  • Percussion avec bouts des doigts sur l’ensemble de la tête

  • Avec les coudes bien écartés, faites une pression avec les paumes (milieu, vers le front, vers la nuque)

  • Mettez votre majeur sur votre index et effectuez une pression à la base du crâne dans la cavité juste après l’oreille (VB12). Pression intense de 3 secondes.

  • Ligne crête occipitale (base du crâne).

  • On se déplace de quelques centimètres pour atteindre le points juste avant la chaîne musculaire (VB20). Pressions intenses de trois secondes qu’on renouvelle 3 fois.Ce point est considéré comme une des entrées du vent (humide, chaud, froid) dans le corps, causes du rhumes ou des angines. Pour évacuer ces vents, il faut stimuler ce point.

  • Points sur base du crâne sur la chaîne musculaire (V10) puis sur l’occiput (trou à la base du crâne).

  • On prend généreusement le muscle du trapèze avec la main opposé à l’épaule concerné : on serre pendant 3 secondes puis on le relâche vivement. On répète l’opération 4 fois. On peut alors se saisir de ce muscle tout aussi généreusement et le ramener vers l’avant. Même chose de l’autre côté.

  • Comme on saisit un chat par le peau de la nuque, on serre puis remonte la peau de la nuque vers le haut en trois moments. On refait ce mouvement deux fois.

  • Points sur base du crâne sur la chaîne musculaire (V10) puis sur l’occiput (trou à la base du crâne).

  • Pression sur un point (V12 : porte du vent également) situé en haut du dos de chaque côté de la colonne vertébrale (à 1,5 cun) en niveau de la seconde vertèbre dorsale.

  • Percussion avec sa main formant un rond avec l’index et le pouce sur les reins (de chaque côté de la colonne sous les dernières côtes.

  • On remonte sur le haut du crâne, le menton un peu rentré : pression intense en direction des pieds sur le haut du crâne (VG20). Puis on effectue une série de points en allant vers l’endroit situé entre les deux sourcils.

  • Pressions plus longues et plus accentuées à la frontière théorique entre le cuir chevelu et le front (VG24) : ce point permet d’évacuer les sécrétions nasales.

 

B – Do-in du visage (Position assise)

  • Une fois rendu entre les sourcils, on pose les doigts de ses deux mains sur la ligne coupant le front en deux et on « évacue les soucis » en écartant les deux mains vers les tempes. Au niveau des tempes, on finit par un léger mouvement circulaire.

  • Sourcils : Sériede trois pressions au début, milieu et extérieur des sourcils, trois passages.

  • Pressions rotative et généreuse sur les tempes. On y reste le temps qu’on veut.

  • Avec les deux index pointés vers le haut, pressions fortes et prolongés sur les sinus (au dessus du coin interne de l’oeil).

  • On descend après le long de chaque côté des arrêtes du nez (avec index sur majeur) jusqu’au niveau de la narine où là on prolonge la pression. La pression doit nous obliger à respirer par la bouche. Point douloureux (GI 20) qui permet de déboucher le nez

  • Pressions sur points en dessous narine (GI19), puis un point au-dessus de la lèvre supérieure puis en-dessous lèvre inférieure.

  • Avec la pulpe des doigts, pressions douce sur les pommettes et le haut des joues (tout en douceur).

  • Toujours avec la pulpes des doigts, on fait des petites pressions rotatives du menton en remontant vers les oreilles. On insiste sur la zone près des oreilles.

  • On met ses doigts en « ciseaux » (index et majeur en forme de « v ») autour de ses oreilles en remontant et descendant 5 ou 6 passages.

  • On pince/vibre/tire en bas (lobe), milieu et haut de l’oreille. Puis on masse (comme si on testait un billet de banque) toute l’oreille en n’hésitant pas à rentrer à l’intérieur de l’oreille.

  • On harmonise en passant ses mains sure toute la partie qu’on vient de travailler (un peu comme si on se lavait « à grande eau »

 

C – Le buste et les bras (d’abord côté gauche puis droite)

  • Percussions en descendant sur la face avant du bras, puis on remonte partie externe pour terminer percussions trapèze. En fait 5 passages. N’hésiter pas à frapper assez fort. On stimule ici l’énergie défensive qui nous protège des agressions extérieures

  • Percussion du bouts des doigts au dessus de la poitrine, sur tout le sternum (on insiste bien ici) et la grille costale (en dessous poitrine sur le côté et derrière

  • Pressions avec les paumes sur le haut du bras derrière et devant (assis, l’avant bras reposant de manière détendue sur la cuisse)

  • Puis pressions des paumes sur l’avant-bras (derrière, devant)

  • Avec les doigts frapper assez vigoureusement toute la partie de l’avant bras pour stimuler une fois encore l’énergie défensive.

  • Lissage de la face antérieure et postérieure

  • Avec le pouce et l’index de la main droite, entourer et tourner vigoureusement autour du poignet gauche (ligne de l’angoisse)

 

D – La main (d’abord côté gauche puis droite)

  • Travail en ouverture dela main (thénar et hypothénar)

  • Pression sur un point (GI4 : porte des vents) situé sur le dessus de la main dans l’espace les os prolongeant le pouce et l’index, contre l’os de celui de l’index. Point sensible à la pression. On maintient la pression quelques instants.

  • Pincer, tourner et vibrer sur tous les doigts

  • Secouer la main

  • Étirer l’articulation du poignet (trois positions : doigts vers le haut et vers le bas, doigts tiré vers l’arrière, et vers le bas, doigts tiré vers l’avant).

  • Lissage général du bras

  • On refait la même chose du côté droit.

 

 

Quelques conseils en cas de rhume ou d’angine

  • Un étirement des méridiens du Poumon – Gros Intestin à faire deux à trois fois par jour le temps du rhume

    Position: Debout, les jambes écartées à la largeur des épaules. Croisez vos pouces derrière votre dos.

    Mouvement: Flexion avant avec bascule des deux bras par dessus la tête. Si les muscles situés à l’arrière de vos jambes sont raides et vous limitent dans la flexion avant, n’hésitez pas à plier les genoux pour que votre bassin puisse mieux tourner autour de vos hanches et votre tête se rapprocher du sol, ou en prendre la direction. Chacun doit respecter l’étape d’étirement où il se trouve. Remonter un peu pour pouvoir prendre un nouvel inspire et à l’expire étirez vos bras un peu plus que la fois précédente. Recommencez ainsi 5 ou 6 fois.

  • Vous pouvez vous mettre quelques gouttes de huiles essentielles de Tea Tree ou de Ravensare sur le sternum, les poignets et sur la nuque.

  • Vous pouvez aussi trois fois par jours, boire dans un peu d’eau 3 gouttes de ces mêmes huiles.

  • Buvez des boissons chaudes régulièrement, notamment de la tisane au gigembre-miel-citron,

  • Restez si vous le pouvez au chaud en vous couvrant bien notamment le haut du dos et la nuque. Dormez sans chauffage mais bien couvert

  • Si vous fumez, essayez de vous passer de la cigarette

Qu’est-ce que le DO-in?

Date 30 avril 2008

acupressure_self_massagefondgris.jpg

Le Do-in est une technique d’auto-massage sur les méridiens et points d’acupuncture et d’exercices corporels et respiratoires. Basée sur les principes de la médecine chinoise traditionnelle et de la philosophie taoïste, il s’agit au travers de ces auto-massage de refaire circuler harmonieusement l’énergie vitale. Le Do-in est en quelque sorte un auto-shiatsu. Tout comme ce dernier, il s’inscrit dans une logique de prévention et d’entretien de la santé et de la vitalité.

Hormis les moments collectifs d’apprentissage, le Do-in se pratique généralement seul-e. Plus ou moins long selon le temps disponible et la situation (une séance de 10 mn bien menée produit déjà des effets importants), il se pratique sur l’ensemble du corps (généralement du haut du corps vers le bas) pour atteindre une efficacité minimale. Il peut aussi se concentrer sur telle ou telle partie du corps plus tendues ou avoir une finalité plus précises (en cas de rhume, de fatigue, d’émotions trop fortes…).

Une séance de Do-in produit une grande détente ainsi qu’un regain de vitalité. Apprendre à pratiquer le DO-in, c’est se doter d’outils pour réussir à gérer son stress, savoir faire face aux situations difficiles qu’on peut rencontrer, ne pas subir ses émotions (faire passer une colère, un moment d’abattement ou de découragement…).Par expérience personnelle, le Do-in est particulièrement efficace et recommandée pour effectuer la coupure (physique et psychique) entre le temps d’activité et le temps de repos et aborder sereinement et paisiblement les soirées entre ami-e-s ou en famille.

Mais au-delà de ces premiers effets, la pratique du Do-in permet également de s’ouvrir à une approche du corps autre que le rapport au corps mécaniste (et par là-même embarrassant) que la culture occidentale nous a inculqué. Non pas un corps que l’on doit maîtriser et qui doit obéir et ne pas trahir (ses émotions par exemple), mais un corps qui nous sert de ressources pour faire face à ce que la vie nous amène et aller un peu plus en avant.

Qu’est-ce que le shiatsu?

Date 29 avril 2008

a_34fondgris.jpg

D’origine japonaise, le shiatsu est une technique manuelle composée de pressions et de relâchements (des paumes et des pouces principalement) sur les méridiens d’acupuncture, de torsions et d’étirements.

Tirant ses principes de l’acupuncture chinoise, médecine vieille de 3000 ans, les manoeuvres du Shiatsu visent à maintenir ou rétablir une libre circulation de l’énergie dans le corps et à garantir ainsi santé et vitalité

 

 

Relaxant

Le shiatsu a pour effet immédiat de détendre profondément le corps et d’apaiser la conscience, favorisant la prise de recul et la gestion du stress quotidien.

 

Préventif

En intervenant avant que les pathologies se déclenchent, le shiatsu a par exellence une action préventive pour conserver santé et vitalité.

 

Revitalisant

En harmonisant les flux d’énergie vitale dans tout le corps, le shiatsu relance et redynamise toutes les grandes fonctions du corps. Après une séance, le patient ressent un net regain d’énergie. C’est pour cela qu’il est dit qu’il produit une « détente vive ».

 

 

Comment agit le shiatsu ?

Pour diverses raisons (stress, alimentation, émotions, changement de saison, chocs, etc.), les flux énergétiques peuvent se trouver perturbés provoquant des déséquilibres (physiologiques, émotionnels, structurels). En découle alors une série de dysfonctionnements aboutissant à terme à diverses pathologies. Le rôle du praticien est, aux moyens des pressions sur les méridiens d’acupuncture, de refaire circuler l’énergie vitale du patient. En ce sens, il s’agit bien plus d’activer les propres forces de guérison du patient que de le «guérir».

 

Que peut m’apporter le shiatsu ?

Le shiatsu est une aide précieuse face aux petits maux qui empoisonnent la vie quotidienne. Il agit entre autre sur :

 

  • Le stress, la fatigue, l’énergie ;
  • Les troubles digestifs (balonnements, constipation, selles molles), les céphalées;
  • Le problème du sommeil, les états de déprime ;
  • Les contractions musculaires et les raideurs articulaires ;
  • Les émotions trop fortes (colère, mélancolie, tristesse, ruminations de pensées) ;
  • Les règles douloureuses ;
  • Certains problèmes de peau ;
  • Le Shiatsu est une aide au sevrage tabagique ;
  • En intervenant sur l’inconscient et les émotions, il accompagne favorablement les démarches de psychothérapie.